Bravo pour cette décision. Ta santé est une priorité !

Tu es presque prêt(e) ? Informes-toi et suis mes conseils ci-dessous. En se préparant bien à l’avance, les chances de réussites sont beaucoup plus grandes ! 

Obtiens de l’aide et du soutien ?

 Auprès de professionnels
 Auprès de tes proches
 Auprès de ceux qui vivent la même chose

De la nicotine (sans la fumer) ?

Évalue ta dépendance
Utilise des substituts nicotiniques
Avec la vape; dose la nicotine et sèvre-toi

Le moment magique n'existe pas !

Fixe ta date d’arrêt et débute ton compteur
Prépare-toi bien pour le jour « J »
Remémore-toi les bénéfices du non-fumeur

Mais j’ai peur de grossir !

Prendre du poids n’est pas une fatalité !
Arrêter de fumer sans grossir, c’est possible
Les conseils d’une spécialiste

Tenir bon face au manque ?

Il existe des solutions efficaces
Reconnaît tes craintes : une étape importante

l

Fais-toi l'entente de non-fumeur

L’entente non-fumeur un défi avec toi-même!

Demande mon aide car j’ai gagné mon combat et rejoins le groupe STOP sur Facebook. Des gens qui comme toi désirent vivre une vie sans fumée, tu pourras discuter avec d’autres gens et partager avec eux tes expériences.

« Pris avec l’emprise de la cigarette depuis mon plus jeune âge, aujourd’hui mon combat est gagné, je ne fume plus la cigarette et j’aimerais te parler de mon expérience personnel, et te présenter le stop, qui n’est pas la seule méthode pour arrêter la cigarette mais la seule qui ai fonctionné pour moi ! »

 

« Tu aimerais toi aussi te libérer de la cigarette ? J’aimerais t’aider à faire comme moi, c’est pourquoi j’ai fonder le programme stop ! »

Si mon aide n’est pas suffisante, Dans chaque province retrouve des lignes d’écoutes et d’autres centres d’Aide

Accèdes gratuitement à une assistance pratique pour les fumeurs. Des spécialistes qualifiés peuvent fournir des conseils, aider à élaborer un plan d’abandon, répondre à des questions et t’orienter vers des programmes et des services dans ta communauté.

 

Compose le 1-866-JARRETE (1-866-527-7383) pour parler avec un conseiller au sujet de l’arrêt tabagique.

De la nicotine (sans la fumer) ?

Évalue ta dépendance
Utilise des substituts nicotiniques
Avec la vape; dose la nicotine et sèvre-toi

Évalue ta dépendance

Pour évaluer ta dépendance. Remplis le test plus bas sur un papier à côté ou clique ici pour télécharger le document pdf pour l’imprimer. 

Utilise des substituts nicotiniques

Tout savoir sur les substituts nicotiniques

Une synthèse de plus de 100 études a démontré que les substituts nicotiniques sont efficaces pour arrêter de fumer. Comparativement à un traitement factice (placebo), les traitements de substitution de la nicotine doublent vos chances d’arrêter de fumer!

Ce n’est pas en soi une solution miraculeuse, la motivation et des stratégies pour éviter les rechutes doivent l’accompagner, mais ce type de traitement aide en soulageant les troubles causés par le manque de nicotine (symptômes de sevrage)

 

Les substituts de nicotine se présentent sous différentes formes :

  • Patch
  • Gommes ou Chewing gum
  • Comprimés à sucer ou comprimés à dissoudre et
  • Inhalateurs

Comment ça fonctionne?

Les substituts nicotiniques atténuent les symptômes de sevrage. Ils fonctionnent en libérant de la nicotine dans des doses relativement modestes, qui arrivent petit à petit dans le sang. Le « shoot » de nicotine obtenu par le fumeur est remplacé par une diffusion progressive qui rend le sevrage moins pénible, et qui explique aussi que ces produits sont moins addictifs que la cigarette.

En résumé:

  • La nicotine, lorsqu’elle est inhalée avec la fumée de tabac, crée une dépendance physique car elle passe très rapidement dans le sang et le cerveau.
  • À l’arrêt, le manque de nicotine peut entraîner des symptômes désagréables de sevrage : besoin urgent de fumer, irritabilité, déprime, difficultés de concentration, anxiété, troubles du sommeil, prise de poids, appétit augmenté.
  • Les substituts nicotiniques compensent une partie de ce manque en nicotine. Ils apportent la nicotine que ton organisme recevait quand tu fumais. Comme ils diffusent la nicotine lentement, ils sont peu ou pas addictifs.
  • Ils atténuent les symptômes de sevrage et te permet de te concentrer sur les autres aspects importants de l’arrêt, les aspects sociaux, comportementaux et psychologiques de la consommation de cigarettes.
  • En utilisant les substituts de nicotine, tu évites d’inhaler le goudron, les substances toxiques, le monoxyde de carbone et les gaz irritants que contient la fumée.

Les substituts nicotiniques sont des médicaments. Veuillez lire la notice d’emballage ou demander conseil à un spécialiste. Un tabacologue saura vous conseiller tout en tenant compte des autres obstacles à ton arrêt, les obstacles psychologiques et environnementaux.

Dosages

Plus on fume, plus on est dépendant et plus on subira des symptômes de sevrage. Il faudra alors prendre une plus forte dose de substituts nicotiniques. La première chose à faire est de calculer la dose à laquelle on était habitué, en tant que fumeur. En moyenne, une cigarette correspond à 1 à 2 mg de nicotine absorbée, un fumeur ayant l’habitude de fumer plus de 20 cigarettes par jour choisira, par exemple, des patchs à 21 mg sur 24 heures. Le sous-dosage est fréquent et peut conduire à la rechute: ne sous-dose pas ces produits et prends-les pendant toute la durée recommandée (8 à 12 semaines).

 

Ainsi, beaucoup de spécialistes sont d’avis que le dosage en substituts nicotiniques doit être d’environ 1 mg de nicotine par cigarette consommée. D’après ce principe, une personne qui fume 25 cigarettes par jour pourrait prendre un patch à 24,9 mg. Ce principe de 1 mg de nicotine par cigarette doit toutefois être relativisé. D’abord, Il faut garder en mémoire que les gommes et les patchs relâchent seulement 70% à 75% de la nicotine qu’ils contiennent. Ensuite, des recherches récentes montrent que le nombre de cigarettes par jour doit être pondéré par l’intensité avec laquelle on « tire » sur la cigarette. Par contre le type de cigarettes, plus ou moins fortes, n’a aucune influence sur la quantité de nicotine absorbée: les cigarettes légères sont capables de délivrer autant de nicotine que les cigarettes dites normales !

Les personnes qui tirent très fort sur leurs cigarettes et qui n’arrivent pas à réduire leur consommation auront sans doute besoin d’une dose plus forte de substituts nicotiniques. De manière générale, les fumeurs très dépendants profiteront grandement d’un traitement de substitution et du suivi par un spécialiste. Au contraire, les personnes qui fument leur première cigarette de la journée plusieurs heures après le réveil et qui ne ressentent pas de symptômes de sevrage lorsqu’elles arrêtent de fumer ne sont probablement pas dépendantes. Pour ces personnes, les substituts nicotiniques sont moins utiles. Dans ce cas, un soutien médical ou psychologique est néanmoins indiqué.

Surdosages et sous dosages?

Tous les gens ne sont pas égaux devant la même dose de nicotine. Des facteurs physiologiques spécifiques, souvent héréditaires, déterminent en effet la proportion de nicotine qui devient disponible dans le cerveau ainsi que la sensibilité de l’organisme à la nicotine.

Le surdosage de substituts nicotiniques est rare. Mais cela arrive, alors il vaut mieux savoir en reconnaître les signes: dégoût du tabac, goût désagréable dans la bouche, vertiges, insomnies, augmentation du rythme cardiaque, nausées. En cas de surdosage, il suffit d’enlever son patch ou de cracher sa gomme, la quantité de nicotine dans le sang diminue alors de moitié toutes les 90 minutes.

Le sous-dosage est un phénomène bien plus courant. Ce sont alors les symptômes de sevrage qui apparaissent, et un risque accru de rechute.

Comment différencier les symptômes du surdosage de ceux du sous dosage? En principe, si on a encore envie de fumer, il s’agit d’un sous-dosage. Et si on est totalement dégoûté du tabac, et que l’on a dans la bouche le même goût que lorsqu’on a trop fumé, c’est un surdosage.

Si on souffre de ce genre de symptômes ou si on a un doute quant au dosage, le mieux reste de consulter un médecin.

Durée des traitements

Les traitements par substitution durent généralement trois mois. Les doses peuvent être diminuées peu à peu ou interrompues d’un seul coup, au choix de l’usager.

Au-delà des 3 mois de traitement continu, on recommande aux fumeurs d’avoirs des substituts nicotiniques à portée de main, en cas de besoin urgent (cela vaut mieux que de reprendre une cigarette !).

Les traitements peuvent être prolongés si nécessaire, quand le désir impérieux de fumer se fait encore ressentir, dans ce cas l’interruption prématurée du traitement augmente le risque de rechute.

En résumé, pour ou contre?

C’est au choix de chacun. Les traitements de substitution ne sont pas la panacée mais augmentent considérablement les chances d’arrêt, surtout pour les personnes très dépendantes.

Ils sont plus efficaces s’ils soient accompagnés d’un suivi par un spécialiste, car il est important de prendre en charge la dépendance psychologique.

Par ailleurs, ces traitements présentent peu d’effets secondaires et peu de risques de dépendance. La diffusion lente des substituts, par opposition avec la diffusion rapide des cigarettes fumées (effet « shoot », en moins de 7 secondes) protège de ce risque. En effet, le caractère addictif d’un produit contenant de la nicotine dépend surtout de la vitesse de passage de la nicotine dans le sang et le cerveau.

Avec la vape; dose la nicotine et sèvre-toi

Vaporisateurs, produits de tabac chauffé, sels nicotiniques… tour d’horizon sur la e-cigarette

Vapotage ecig 5HNB1 Vapotage pod 2019

Avec l’arrivée des nouvelles technologies, le marché de la vaporisation de la nicotine et du tabac s’est beaucoup diversifié et le consommateur qui souhaite arrêter de fumer doit bien s’informer avant de choisir un produit de substitution.

 

Il faut distinguer la cigarette électronique qui vaporise un e-liquide chargé ou non en nicotine et les produits de tabac chauffé «heat not burn» (HNB) qui  diffusent un aérosol contenant de la nicotine. Contrairement aux vaporisateurs, la plupart des produits de tabac chauffé (HNB) sont produits par l’industrie du tabac. Les sels nicotiniques sous forme de e-liquide sont arrivés plus récemment sur le marché.

Focus sur ces produits, leurs risques et leurs avantages, avec des liens pour en savoir plus.

 

  • Les vaporisateurs (avec e-liquide)
  • Les produits de tabac chauffé (HNB)
  • Les sels de nicotine

Tous ces produits sont moins dangereux que la cigarette traditionnelle, cependant, ils ne le sont pas tous sur un même pied d’égalité.

 

Dans une perspective de réduction des risques, le vapotage avec e-liquide est nettement moins dangereux parce qu’il y a absence totale de combustion. Pour un sevrage réussi, il est conseillé d’utiliser un e-liquide avec nicotine. Néanmoins, le meilleur moyen d’éviter les risques associés à la consommation de tabac est évidemment de tout stopper. Il n’y a pas de meilleures alternatives. 

 

Mieux vaut s’informer auprès de spécialistes avant de faire un choix !

N’achetez pas votre matériel sur Internet ou sur des marchés de rue, demande-moi comme source de confiance.

Le moment magique n'existe pas !

Fixe ta date d’arrêt et débute ton compteur
Prépare-toi bien pour le jour « J »
Remémore-toi les bénéfices du non-fumeur

Fixe ta date d'arrêt et débute ton compteur

Il peut être très important de se fixer une date afin de se motiver, le mieux est de se procurer un calendrier d’y inscrire la date du début et ensuite tu pourras le garder pour inscrire les jours que tu ne fumes pas dessus. Ce qui à pour but de t’encourager en voyant le nombre de jours sans tabac. Tu peux aussi y inscrire à chaque jour le prix de tes cigarettes et les additionnés de jour en jour.

Prépare-toi bien pour le jour "J"

La volonté seule ne suffit pas. Selon les estimations de l’OMS, seuls 0,5 à 5% des fumeurs parviennent sur la base de leur seule volonté à rester abstinents sur le long terme. Les tentatives d’arrêt du tabac par la seule volonté se soldent souvent par un échec, dans la mesure où la nicotine, contenue dans les cigarettes, crée un état de dépendance à la fois physique et psychique. La nicotine renferme en effet un fort potentiel de dépendance!

Remémore-toi les bénéfices du non-fumeur

Quel que soit ton âge et le nombre d’années pendant lesquelles vous tu as fumé, arrêter de fumer est l’une des choses les plus efficaces que tu puisses faire pour améliorer ta santé. Les hommes qui cessent de fumer entre 35 et 39 ans vont accroître leur espérance de vie de 5 ans. Les femmes du même âge l’augmentent de 3 ans. Même après 65 ans, arrêter de fumer augmente l’espérance de vie, tant pour les hommes et les femmes.

PRÉPARE-TOI BIEN POUR LE JOUR "J"

Si tu fumes plus de 10 cigarettes par jour,
ou si tu fumes moins de 30 minutes après le réveil
ou si tu as ressenti des symptômes de sevrage lors de votre tentative précédente,
je te recommande vivement d’utiliser un produit de substitution nicotinique (patch, chewing-gum, spray nasal, ou vape), dès ton premier jour sans cigarettes. En atténuant les symptômes de sevrage, ces produits multiplient par 2 à 3 les chances de succès de votre tentative d’arrêt.

Profite des occasions favorables

Plusieurs événements incitent à réfléchir sur l’habitude de fumer: rhume, bronchite, grossesse, naissance d’un enfant, maladie d’un fumeur dans votre entourage, etc. Profite de ces occasions pour arrêter de fumer, mais n’attends toutefois pas trop: le « moment magique » où l’arrêt est facile n’existe pas.

Cherche le soutien de ton entourage (famille, amis, collègues)

Beaucoup d’ex-fumeurs ont dit que l’aide de leur entourage a été un élément essentiel à leur réussite. Parles-en autour de toi de ton intention d’arrêter de fumer et demande à vos proches de t’encourager et d’éviter de critiquer votre habitude de fumer. Attends-toi à un manque de soutien de la part des fumeurs et cherchez plutôt l’appui des non-fumeurs et des ex-fumeurs. Si ton/ta conjoint(e) est fumeur(euse), incite-le/la à arrêter également de fumer.

Demande l’aide d’un professionnel

L’aide d’un professionnel augmente sérieusement vos chances de succès. Tu peux

  • T’adresser à ton médecin. Il t’aidera lui-même ou va t’orienter.
  • T’adresser à un spécialiste de la désaccoutumance comme ici avec le programme STOP.
  • Participer à un programme d’arrêt en groupe, rejoins le groupe stop sur Facebook.
REMÉMORE-TOI LES BÉNÉFICES DU NON-FUMEUR

Après
_____________________________________
8 heures Le monoxyde de carbone est éliminé et l’oxygénation du sang revient à la normale.
Les risques d’infarctus du myocarde commencent déjà à diminuer.
_____________________________________
24 heures
Le corps ne contient presque plus de nicotine.
Vous avez meilleure haleine.

Les poumons commencent à éliminer le mucus et les résidus de fumée.

Le risque d’infections respiratoires, type bronchites et pneumonies, commence déjà à baisser.
_____________________________________
1 semaine     Les sens du goût et de l’odorat s’améliorent.
La respiration s’améliore (moins de toux et d’expectorations, davantage de souffle).
_____________________________________
3 – 9 mois La fonction pulmonaire est augmentée de 5 à 10%.
_____________________________________
1 an Le risque de maladies du coeur (par ex. infarctus) est réduit de moitié.
_____________________________________
5 ans Le risque d’attaque cérébrale est réduit de moitié.
Le risque de cancer de la bouche, de l’oesophage et de la vessie est réduit de moitié.
_____________________________________
10 ans Le risque de décès des suites d’un cancer du poumon est réduit de moitié.
Le risque d’accident vasculaire cérébral (« attaque » cérébrale) rejoint le niveau de risque des non-fumeurs.
_____________________________________
15 ans Le risque de maladies du coeur (par ex. infarctus) rejoint celui des non-fumeurs.
La mortalité (toutes causes confondues) rejoint quasiment celle des personnes qui n’ont jamais fumé.

Améliorer ton état de santé

  • Une année après la date d’arrêt, le risque de maladie cardiaque (infarctus) est réduit de moitié.
  • Après 15 ans, le risque est comparable à celui d’une personne qui n’a jamais fumé.
  • 10 ans après la date d’arrêt, le risque de cancer du poumon est réduit de moitié
  • Chez les hommes, le tabagisme augmente le risque d’impuissance. En arrêtant de fumer, ce risque est réduit

 

Les femmes tirent de nombreux avantages à arrêter le tabac

 

  • Les fumeuses qui veulent avoir des enfants mettent plus de temps à tomber enceintes. Les femmes qui arrêtent de fumer avant d’envisager une grossesse ont les mêmes chances de tomber enceintes que les non-fumeuses.
  • Une femme qui fume court un risque plus élevé d’avoir un enfant avec une insuffisance pondérale à la naissance. Les femmes qui ont arrêté de fumer avant ou pendant le premier trimestre de leur grossesse, peuvent réduire le risque d’avoir un enfant avec une insuffisance pondérale à la naissance; ce risque rejoint alors celui des femmes qui ne fument pas.
  • La nicotine traverse la barrière placentaire. Après l’accouchement, elle passe dans le lait maternel, de cette manière, le tabac agit sur le système nerveux des nourrissons.
  • La ménopause intervient plus tôt chez les fumeuses. Arrêter de fumer, la retarde.
  • Fumer augmente les rides. En arrêtant de fumer, vous améliorez votre peau.
Protéger la santé de ses enfants
  • Les enfants de fumeurs sont deux fois plus susceptibles de devenir eux-mêmes fumeurs que les enfants des non-fumeurs. En arrêtant de fumer, vous réduisez le risque que vos enfants commencent à fumer.
  • Les enfants de fumeurs sont plus touchés par les infections respiratoires, l’asthme et la toux chronique que les enfants des non-fumeurs
  • Le risque de mort subite du nourrisson est plus élevé lorsque les parents fument.

Mais j’ai peur de grossir !

Prendre du poids n’est pas une fatalité !
Arrêter de fumer sans grossir, c’est possible
Les conseils d’une spécialiste

Arrêter de fumer sans grossir, possible !

La crainte de la prise de poids est un véritable obstacle au sevrage. Pourtant, il est possible d’agir! Le mieux est de se faire aider par un nutritionniste dans le contexte d’une prise en charge globale.

 

Faire un bilan alimentaire avant tout sevrage

Pour voir si le nombre de tes repas est correct, si la répartition des nutriments est bonne et le choix des aliments adéquat, un professionnel de la nutrition te fera faire un bilan alimentaire. Il est aussi possible de le réaliser seul (e). Vous en trouverez des modèles sur internet.

Ce bilan consiste à noter tout ce que tu bois et mange pendant 3 jours, en précisant les quantités. Il permettra de visualiser ce qu’il faut éventuellement améliorer pour ne pas prendre de poids à l’arrêt du tabac. Tu peux aussi t’inspirer de leur questionnaire pour réaliser un premier bilan.

« Il faut opérer un véritable rééquilibrage alimentaire en début de sevrage tabagique » indique le Dr Chicheportiche-Ayache, médecin nutritionniste. Des enquêtes réalisées dans plusieurs pays ont montré que les fumeurs avaient une alimentation moins équilibrée que les non-fumeurs. Ils consomment peu de fruits, de légumes, de céréales, de produits laitiers et sucrés. Ils ont un apport insuffisant en fibres, fer et vitamines. Par contre, ils consomment volontiers des viandes en sauce, charcuteries, frites, alcool… En outre, leur répartition alimentaire est souvent mauvaise: pas de petit-déjeuner, déjeuners et dîners trop légers, grignotages entre les repas.

Un sevrage tabagique sans régime draconnien!

Aucun aliment n’est interdit lors d’un sevrage tabagique : donc pas de régime drastique ! On ne peut pas à la fois arrêter de fumer et suivre un régime. Le risque est de reprendre le tabac si la frustration est trop forte. Il s’agit à long terme d’avoir une alimentation équilibrée, en contrôlant les quantités consommées et en réduisant la consommation de sucre et de lipide.

 

 

Principes de base d’une alimentation équilibrée

  • 3 repas principaux (petit-déjeuner, déjeuner et dîner) à prendre à heures fixes
  • 2 collations (matinée et milieu d’après-midi)
  • de l’eau, beaucoup d’eau : 1,5 à 2 l  par jour! Tu peux agrémenter l’eau avec des rondelles de citron ou des feuilles de menthe
  • Un plat de féculents au déjeuner et au dîner et du pain à chaque repas (1 à 2 tranches)
  • 3 fruits et au moins une portion de légumes cuits et une portion de légumes crus (300g de légumes par jour)
  • 2 ou 3 produits laitiers par jour dont une fois du fromage
  • une portion de viande ou équivalent (poisson, œuf): 100 à 150g par jour
  • Un peu de beurre ou de margarine le matin sur les tartines et un peu d’huile en assaisonnent des repas principaux.

Tenir bon face au manque ?

Il existe des solutions efficaces
Reconnaît tes craintes : une étape importante

COMMENT FAIRE FACE AUX EFFETS DE MANQUE ?

Le manque de tabac crée des symptômes de sevrage et une prise de poids qui peuvent être pénibles à supporter et causer une rechute. Il existe des moyens d’y faire face, de les diminuer, voire de les supprimer.

 

il faut d’abord savoir identifier et reconnaître ces symptômes de sevrage :
  • Besoin urgent, irrépressible de fumer (« craving »)
  • Irritabilité, colère, nervosité
  • Perte de concentration, fatigue
  • Prise de poids, augmentation de l’appétit, constipation
  • Insomnie, rêves, souvenirs de cigarettes
  • Anxiété, angoisse
  • Humeur changeante, déprime, dépression

Le savais-tu?

  • On peut ressentir des symptômes de sevrage même sans ressentir une forte envie de fumer! Par exemple, la mauvaise humeur, l’humeur déprimée, des difficultés de concentration ou des insomnies sont des symptômes classiques de sevrage du tabac.
  • La prise de poids consécutive à l’arrêt du tabac peut être repoussée à plus tard si l’on prend des substituts nicotiniques (patch, gomme, inhalateur, tablette de nicotine) à dose suffisante. La prise de poids interviendra après la fin du traitement de substitution nicotinique, c’est-à-dire 2 à 3 mois après l’arrêt du tabac. Cette stratégie permet de s’occuper d’un problème à la fois.
    Reconnaît tes craintes : une étape importante

    J’aimerais arrêter mais… 

    Arrêter de fumer n’est pas une décision facile à prendre, d’autant plus que l’arrêt implique un certain nombre d’obstacles à surmonter. Prendre conscience de ce que l’on redoute dans l’arrêt du tabagisme constitue une étape importante vers l’abstinence, d’autant plus que ces craintes peuvent être surmontées.

     

    Je redoute les symptômes de manque

    Sache qu’il existe des solutions pour diminuer les symptômes de manque. Consulte notre dossier « gérer le manque », un médecin tabacologue y délivre astuces et conseils pour faire face aux symptômes de manque.

    Les troubles causés par le manque de tabac varient d’une personne à l’autre; en principe ils s’estompent déjà après 8 à 12 semaines. Les  substituts nicotiniques (patch, gomme, comprimé, inhalateur et vape) atténuent ces symptômes, voire les font disparaître. Cela double les chances de réussite d’une tentative d’arrêt.

    J’ai peur de grossir 

    S’il est vrai que certaines personnes prennent du poids après avoir arrêté de fumer, sache que cette prise de poids est en général modérée (3 à 4 kilos en moyenne) et qu’il existe de nombreuses techniques simples et efficaces pour en perdre ou pour éviter d’en gagner. Mange moins gras et moins sucré et bouge plus. On grossit surtout si l’on mange alors que l’on a plus faim. Les substituts nicotiniques (patch, chewing-gum, et vape) et certains médicaments délivrés sur ordonnance  peuvent limiter, ou du moins retarder la prise de poids consécutive à l’arrêt du tabac.

    L’avis du Dr Rodrigo Tango (médecin tabacologue, Hôpital cantonal universitaire de Genève) est  éclairant:

    « Je n’ai pas constaté de prise de poids chez les patients qui prenaient des substituts nicotiniques, à condition que la dose soit soigneusement ajustée pour qu’aucun symptôme de sevrage ne persiste. »
     

    Quand je ne fume plus je me sens irritable et stressé

    L’irritabilité et le stress sont des sensations provoquées par le manque de nicotine. En prenant des substituts nicotiniques (patch, gomme, comprimé, inhalateur ou vape) tu constateras que ces sensations désagréables disparaissent progressivement. Par ailleurs, les substituts doublent environ tes chances de réussir à te débarrasser de la cigarette.

     

    Je n’arriverai plus à me concentrer

    Les troubles de la concentration sont en effet un symptôme de sevrage, du tabac. Les substituts nicotiniques (patch, gommes, comprimés et vape) contribuent à atténuer, voire à faire disparaître ces symptômes. Ces produits doublent environ les chances de réussite d’une tentative d’arrêt.

    Par ailleurs en diminuant l’apport d’oxygène au cerveau, la cigarette diminue les performances intellectuelles.

     

    Maintenant, ça ne vaut plus la peine

    Si tu penses que tu fumes depuis si longtemps que de toute façon le mal est fait, que cela ne vaut plus la peine d’arrêter. J’ai une bonne nouvelle pour toi: tu as tort !

    Quel que soit ton âge et le nombre d’années pendant lesquelles tu as fumé, le fait d’arrêter a un effet bénéfique sur ta santé. Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer. Bien au contraire, en arrêtant tu vas pouvoir améliorer considérablement ton bien-être.

    Je ne veux pas qu’on m’oblige à arrêter

    Tu te sens peut-être mis sous pression par tes proches? Par la société? Mais en fin de compte, c’est toujours par une décision personnelle et par un effort personnel que tu parviendras à arrêter.

     

    Je vais perdre ma pause cigarette

    Peut-être que ce que tu apprécies dans le fait de fumer, c’est davantage la pause qu’elle permet que la cigarette en elle-même? La pause est un moment nécessaire, un répit qui permet de reprendre de l’énergie. Or, il est possible de faire une pause sans cigarette. De marquer un temps d’arrêt pour s’étirer, boire, faire quelques pas, croquer une pomme ou ne rien faire…

    Pose-toi la question: puis-je m’octroyer le droit d’une pause ou est-ce que la cigarette représente un prétexte pour m’accorder ce droit ?

    Je ne pense pas que j’y arriverai 

    Si plusieurs ont réussis, cela devrait être possible pour toi aussi. Tu en es capable ! Regarde autour de toi, tu connais certainement plusieurs ex-fumeurs. Beaucoup de gens pensent que la volonté seule suffit. Je pense que cela n’est pas vrai, que le fait d’entamer un processus d’arrêt demande surtout un savoir-faire particulier. Ce savoir-faire est présenté dans ce site. La plupart des fumeurs peuvent y arriver à condition de se préparer à l’avance et de savoir où et comment trouver de l’aide.

     

    … j’arrêterai un jour, mais pas tout de suite 

    Peut-être penses-tu: « j’arrêterai pour le jour de l’an, lorsque j’aurai passé mes examens, ou trouvé du travail… ». Sache qu’il ne sera pas plus facile d’arrêter plus tard. N’attends pas d’être atteint d’une maladie causée par le tabac. Fixe-toi une date d’arrêt dans les prochains jours et tiens-y-toi.